De quelles plantes parle t’on ?

Ce site présente les listes des espèces végétales ayant été classées réglementairement en France comme présentant un risque pour la santé humaine, si on les ingère, si on respire leurs pollens ou en cas de contact avec la peau ou les yeux.

La Direction générale de la santé a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) et au Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) de proposer une liste de végétaux devant faire l’objet d’une information au consommateur, préalablement à la vente conformément au périmètre de l’arrêté du 4 septembre 2020.

Pour établir cette liste, l’Anses, en charge de la coordination de la toxicovigilance, a sollicité son groupe de travail « Vigilance des toxines naturelles », constitué notamment d’experts en toxicologie clinique et en botanique.
La liste des végétaux à inclure a été déterminée à partir des cas d’intoxication par des plantes enregistrés dans le système d’information commun des Centres antipoison (SICAP) de 1999 à 2015, ainsi que de la littérature et des connaissances des experts sur les plantes à potentiel toxique.
Quatre groupes de plantes ont été définis en fonction de leur type de toxicité pour la santé humaine et des voies d’exposition :

  • Liste 1 : plantes toxiques en cas d’ingestion ;
  • Liste 2 : plantes pouvant entraîner une allergie respiratoire par le pollen ;
  • Liste 3 : plantes pouvant entraîner des réactions cutanéomuqueuses ;
  • Liste 4 : plantes à risque de phytophotodermatose, c’est-à-dire d’une réaction cutanée anormale en cas de contact avec la peau suivi d’une exposition au soleil.

Pour les plantes des listes 1, 3 et 4, les experts ont attribué un niveau de toxicité pour chacune des plantes, en tenant compte de la gravité clinique des cas observés dans la base de données des Centres antipoison.
Trois niveaux de toxicité ont été définis : faible (1), modéré (2) ou fort (3).  Au final, seules les plantes de niveau de toxicité le plus élevé (3) ont été conservées pour être inscrites dans l’arrêté. Elles figurent dans l’avis de l’Anses du 21 mars 20193.

Ont ainsi été retenues pour l’arrêté :

  • 19 plantes toxiques en cas d’ingestion ;
  • 10 plantes pouvant entraîner des réactions cutanéomuqueuses ;
  • 6 plantes pouvant entraîner une phytophotodermatose.

De son côté, le RNSA a élaboré une liste de 23 arbres et herbacées (liste 2) possédant un potentiel allergisant « fort ». Le potentiel allergisant du pollen d’une espèce végétale est la capacité de son pollen de provoquer une allergie pour une partie non négligeable de la population. Ce potentiel allergisant a été mis en place à la fin des années 80 par le laboratoire d’aérobiologie de l’Institut Pasteur en suivant les publications de l’époque et le ressenti des allergologues. Depuis la création du RNSA, en tant que tel, et de son conseil scientifique, cette liste a été mise à jour régulièrement.

Pour chaque végétal listé, une fiche a été rédigée par le RNSA ou par l’ Anses qui présente les moyens de se prémunir des risques, les bons réflexes à avoir en cas de symptômes ainsi que des indications sur la plante et sa présence dans la nature en France.

Ce site contient également une foire aux questions, des informations pour les professionnels du végétal ainsi qu’un outil de recherche des végétaux, par nom ou par photo.

⚠️ En cas de symptômes ou de doutes sur une plante non listée consultez un centre antipoison ou un médecin.

 

La gestion de ce site est assurée par l’Observatoire des Espèces à Enjeux pour la Santé Humaine – FREDON France.

Vous pouvez suivre l’Observatoire sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn et YouTube) et sur son site internet pour retrouver les dernières actualités sur les espèces à enjeux pour la santé humaine.

Pour en savoir plus :

Pour aller plus loin :